Commune de Berry-au-Bac

Bienvenue dans la commune de Berry-au-Bac

Berry-au-Bac est une commune de 600 habitants située dans l’Aisne en limite du département de la Marne. Traversé par l’axe Calais – Bale, la RD 1044 (ex RN 44), le village est à 10 mn de Reims. L’autoroute A 26 peut être rejoint à 2 km ; il permet de relier Lille en 2h et Paris en 1h30 via l’A4. L’aéroport Charles de Gaulle est à 1h30 par la RN 2 et peut être rejoint par TGV en 30' au départ de Reims Champagne Ardennes.

Situé en bordure de l’Aisne, le village a été depuis la préhistoire une zone de peuplement.
Situé aux confins de l’Ile de France, de la Champagne et de la Picardie, le village fut également le théâtre de nombreuses confrontations entre les "envahisseurs" et les peuples de France.

- En 57 av. J.C eut lieu entre la rivière Aisne et la Miette à l’emplacement de la ferme de Mauchamps, la Bataille de l’Aisne qui opposa 300 000 Belges aux 8 légions de César et à ses alliés Rême, environ 30 à 40 000 hommes.

- Au Moyen Age Berry-au-Bac (Bairiacum à l’époque) était une seigneurerie dépendant du Comté de Rouçy. Le village subit de nombreuses vicissitudes au cours des âges à cause de son pont et de son château. Il fut souvent disputé au cours de la guerre de Cent ans. Occupé par les Bourguignons le château fut partiellement détruit en 1439 par Etienne de Vignoles dit " Lahir ", compagnon de Jeanne d'Arc.

- Lors de la retraite de France, Napoleon affronta les troupes de Blücher à Bery au Bac (orthographe de l’époque) le 6 mars 1814. A la tête de la deuxiéme garde et des Lanciers Polonais le Général Nansouty prend le pont de Bery défendu par des cosaques, s’empare des canons et fait deux cent prisonniers. Ce fait d’armes est illustré par une plaque posée à l’entrée du pont et sur laquelle est écrit "A la mémoire des généraux Nansouty, Pac et Exelmans et des combattants qui s’illustrèrent à Berry-au-Bac le 5 mars 1814".

- En 1914 Berry-au-Bac est situé sur la ligne de front et la rivière sépare les belligérants. Le village sera le lieu de nombreux combats et sera totalement détruit: en 1915 s’y déroule la terrible guerre des mines, qui fera prés de 2 000 morts ; le 16 avril 1917, l’offensive Nivelle et l’usage des premiers chars d’assaut achèvent de faire du Chemin des Dames un terrain d’expérimentation. Un monument commémore ce premier engagement des chars d'assaut de toute l'histoire. Compte tenu des épreuves subies par le village de 1914 à 1918 celui ci sera décoré de la croix de guerre et le site de la Cote 108 sera classé monument historique.

- En 1940 le village fut occupé mais les dégâts furent beaucoup moins importants.

Actuellement notre village, paisible, au bord de l'eau, se développe dans l'harmonie et en veillant à maintenir le bien être et la tranquillité de ses habitants (lotissements en cours). Les deux canaux existants (Canal latéral à l'Aisne et Canal de l'Aisne à la Marne) favorisent une activité industrielle (silos, usine d'engrais) en plein essor.

Les habitants de Berry-au-Bac se nomment les Berriaciens et Berriaciennes.

Le blason de Berry-au-Bac

Créé dans les années 60 par Xavier LENFANT architecte-historien qui, par sympathie pour notre Cité, s'est penché sur son passé pour en concrétiser l'histoire et la péréniser sous la force d'un splendide blason.

  • Son fronton représente les mailles d'un château et rappelle que le village fut longtemps défendu par un château-fort. Château détruit à l'époque de Jeanne d'Arc et dont les ruines 'remaniées' existaient encore en 1914.
  • Sur fond de nacre, on trouve en bonne place, la Croix de Guerre. Croix qui fut remise aux Cités les plus sinistrées de la Grande Guerre.

Le reste du Blason rappelle que Berry-au-Bac connu l'épreuve de trois Grandes dates de l'Histoire de France

  • Sur fond rouge, le sanglier sur un Pavois romain représente la bataille de Mauchamps, au lieu-dit "Le Camp de César" 57 ans avant Jésus-Christ.
  • Toujours sur fond rouge, les abeilles dorées de l'Empereur Napoléon 1er, rappellent le Combat de BERY-AU-BAC (orthographe d'époque) le 6 mars 1814.
  • Sur fond vert, le Haume des chars en argent qui rappelle la première attaque des chars, le 16 Avril 1917 au lieu-dit "La ferme du Choléra"

Le tout est enluminé de l'expression latine "AD HONORIS" qui signifie "DANS L'HONNEUR"